Découvrez ma nouvelle consommation de chocolat

Le chocolat, sous toutes ses formes

divine

J’ai eu envie d’écrire cet article pour vous parler de ma consommation de chocolat. Pour être honnête, je n’étais pas vraiment habituée à vérifier la provenance des marques de chocolat que j’achetais : j’avais pour habitude de prendre ce que je trouvais au supermarché, c’est-à-dire du chocolat Côte d’Or pour la préparation de mes desserts, Nesquik pour mon cacao, Nutella sur ma tartine ou d’offrir un ballotin de pralines en guise de remerciement.

 

La rencontre qui a changé mon regard sur les choses…

contes-de-feves

L’année dernière, j’ai une l’occasion de participer à une conférence à Louvain-la-Neuve organisée par la cellule Academics for Development pour présenter différentes entreprises sociales belges qui cherchent à innover dans notre façon de consommer. J’ai été touchée par le discours de Céline ,qui a créé son propre atelier de chocolat mobile, contesdefeves, afin de pouvoir venir à la rencontre des citoyens.

Elle vous propose ainsi toutes sortes de chocolats différents sous forme de pralines, truffes pour différentes occasions. Céline n’est pas seulement une chocolatière belge renommée et de talent, c’est également quelqu’un de qui se soucie autant de son bien-être que de celui des autres. En plus de présenter sa firme et ses produits, elle est venue expliquer les raisons pour lesquelles elle a choisi d’utiliser des fèves de cacao labélisées issues du commerce équitable et en quoi c’était pour elle sa manière de lutter contre le travail d’enfants dans la récolte de cacao.

 

Travail d’enfants et production de chocolat

aromes-chocolat

Nous ne le savons peut-être pas, mais derrière notre consommation de chocolat se cachent pas moins de 2 millions d’enfants qui travaillent dans les plantations de cacao dans des pays comme le Pérou ou encore la Côte d’Ivoire. Les producteurs de cacao, sous-payés et contraints de produire une quantité massive de cacao dans un laps de temps très réduit, sont obligés de trouver des solutions immédiates afin de suivre la rythme de production. Ceci a pour conséquence qu’ils ont non seulement recourt à une quantité importante d’engrais chimique ainsi qu’au travail d’enfants dans les plantations.

Je vous laisse ci-joint cette vidéo réalisée par Equiterre qui nous explique de manière simple et détaillée tout le processus de production de chocolat et les conséquences qui en découlent, autant humaines qu’environnementales comme la déforestation.

 

Consommons le meilleur chocolat belge produit dans des bonnes conditions

Nous savons tous que la Belgique est connue pour produire le meilleur chocolat au monde.

Ce qui est intéressant, c’est qu’aujourd’hui, de plus en plus d’ateliers et de magasins belges comme Céline sont conscients qu’il en va à nous de faire un effort pour consommer du chocolat équitable et labélisé, c’est-à-dire du chocolat qui garantit un revenu suffisant pour couvrir les coûts des besoins essentiels des producteurs et de leurs familles à l’autre bout du monde.

Quels produits je consomme personnellement ?24100-chocolade-melk-reep-300x174

cookies-bdPrincipalement, vous pouvez par exemple retrouver des produits comme Oxfam qui ont créé des pâtes à tartiner ou des barres de chocolats pour vos goûters. D’autres firmes 100 % belges ont emboîté le pas : nous avons par exemple la firme Ethiquable qui vend de merveilleux cookies que j’avais l’habitude de prendre l’année passée. De plus, j’ai également découvert la chocolaterie Belva lancée en 2005 et aujourd’hui reconnue comme l’une des premières firmes écologiques d’Europe. Tous ces produits peuvent être commandés directement sur leurs sites respectifs ou vous pouvez également les retrouver dans les grandes surfaces dans lesquels vous faites habituellement vos courses.

 

 

Comment reconnaître les produits équitables  ?label

De manière générale, tous les produits représentés avec le logo Fairtrade sont certifiés être issus du commerce équitable. Il est donc très facile de faire un effort pour changer notre consommation du chocolat : il nous suffit de regarder en bas de l’étiquette pour retrouver ce label. Les prix ne sont pas forcément plus élevés, pour exemple j’avais l’habitude de payer 2,50 euros ma boîte de cookies de la marque Ethiquable et les barres de chocolat Oxfam reviennent à 60 centimes.

Je sais qu’il n’est pas évident de changer ses habitudes alimentaires et de faire confiance à de nouvelles marques dont nous n’avons jamais entendu parler auparavant, mais ces petits gestes que nous faisons au quotidien peuvent faire une grande différence. Au lieu de me priver de chocolat, j’ai décidé de trouver de bonnes alternatives qui misent à la fois sur la qualité du produit mais également sur un commerce juste et respectueux des gens qui le produisent, quelque soit la place qu’ils occupent dans la chaîne de production. N’hésitez pas à vous aussi partager vos expériences et vos avis sur le chocolat équitable.

A très bientôt.

Launy

Sources :

Site Choco-Story

Site Laglaneuse

Site Equiterre

Site Consoglobe

Site bastamag

Site lebasic

Site contesdefeves

Site chocolaterie Belvas

Site Oxfam magasin du monde

Rendez-vous sur Hellocoton !0

2 Comments

  • Anne-Catherine
    15 novembre 2016 21 h 46 min

    Salut !
    Chouette article sur un changement de consommation simple !
    Par contre, si je peux me permettre, le label fairtrade « max havelaar » n’est plus réellement synonyme d’un « bon » commerce équitable (via notamment la création de label équitable spécial pour le cacao ou le sucre faussant la donne sur certains produits plus totalement équitables) au sens tu l’entends (éthiquable ou oxfam). Du coup, tu fais bien d’orienter les gens vers les produits de ces marques mais au niveau de la certification fairtrade, il faut être encore plus attentif !

    • Launy
      16 novembre 2016 21 h 13 min

      Bonjour Anne-Catherine, merci pour ton commentaire très pertinent. J’avais lu un article il y a quelques temps sur le label Max Havelaar qui rejoint tout à fait ce que tu dis.Pas évident de savoir à quelles marques nous pouvons nous fier. C’est la raison pour laquelle je trouvais ça important de rediriger directement les consommateurs vers les marques belges dont nous sommes sûres que les produits sont tout à fait équitables. J’avais également trouver cet article sur le sujet que je trouvais très intéressant écrit par la CTB, l’organisme belge de la coopération au développement.http://www.befair.be/fr/content/les-labels-fairtrade-max-havelaar-se-multiplient-les-critiques-aussi. N’hésite pas à laisser ton avis ou des suggestions pour les prochains articles. A très bientôt 🙂

Leave a Reply